Démaquillant naturel

carbonate calcium

Carbonate de calcium en poudre

Une phase huileuse & une phase aqueuse, à secouer avant usage pour cette recette d’officine toute douce, utilisée par votre servante depuis plusieurs années :)
La source : je l’ai égarée depuis bien longtemps, donc ne pas hésiter à la citer si jamais, elle le mérite hautement (^_^) même si j’ai fait quelques adaptations de mon cru.

Quelques remarques avant de livrer la formule magique…

=> valable pour le visage et pour les yeux.

=> à utiliser sur de petits cotons lavables en machine, comme il se doit (en fait, des carrés découpés dans du tissu polaire acheté au mètre… et +1 dans la guerre au jetable. Ne sont plus du tout blancs après quelques dizaines de passages, mais ça reste très ‘bankable’). Adieu cotons blanchis, jetables, plastifiés, etc.

=> Avantages, de fait : économique, hydratant, non agressif et non polluant pour la peau et la Planète, contrairement à moult mixtures pétrolifères de la grande distrib’ ou des parfumeries de luxe (plus onéreuses mais pas plus propres question composition. Cet intéressant concept est résumé par la formule universelle ‘KKbeurk’ sur le désopilant forum des Petites Magies, plein plein d’idées !).

=> Comme toujours dans les préparations de cosmétiques, bien stériliser tout le matériel.

=> L’eau de chaux : se trouve en pharmacie, le gros flacon de 1l ne coûte que quelques euros (et depuis trois ans j’ai toujours le même...). Et si comme moi au début l’expression vous angoisse inexplicablement, pas de panique, ça n’a rien à voir avec la chaux vive, celle des fosses communes ! (Oui, mon inconscient se promène au cimetière, que voulez-vous)

=> L’eau de bleuet est un ajout personnel, pour les yeux – cibles principales de mes grimages. On peut remplacer par d’autres hydrolats : rose, menthe, hamamélis sont tous trois astringents, par exemple.

=> Deux des trois huiles sont un peu chères, mais un flacon de 50 ml est censé faire 5 ‘préparations’. D’ailleurs, le ricin est également une adaptation maison (20 ml pour l’abricot dans la recette initiale). On peut choisir en fonction de son type de peau, je n’ai pas poussé jusque là – j’ai gardé ça pour mon mélange d’huiles hydratantes.

=> Durée de vie : je dirais qu’un flacon de 100 ml me tient entre six mois et un an, pour un prix somme toute dérisoire.

§

Pour 100 ml de démaquillant :

45 ml d’eau de chaux (hydroxyde de calcium officinal)
5 ml d’eau de bleuet
30 ml d’huile de chanvre bio (rayon alimentaire)
15 ml d’huile de noyau d’abricot bio
5 ml d’huile de ricin bio (un peu collante mais fortifiante pour les cils)
3 gouttes d’HE de lavandin pour la conservation (éviter si grossesse, comme toutes les huiles essentielles).

Utiles ustensiles :

1 seringue de 10 ou 20 ml, je n’ai pas trouvé plus pratique !
1 joli flacon pour y recueillir le doux liquide.

Donc.
Ôter l’embout de la seringue – on n’en a pas besoin.
Stériliser ledit flacon et son bouchon, la seringue et les bouchons des bouteilles fermées (c’est toujours ça de pris). Mains propres bien sûr.
Doser chaque ingrédient en remplissant la seringue par le haut, et en la bouchant en bas, et vider dans le flacon par le bas.
Pas d’ordre particulier – du moins je ne pense pas.
Fermer, mélanger, c’est prêt !

…Et ne pas se laisser rebuter par la couleur kaki assez opaque, inhabituelle dans les préparations industrielles souvent bleu azur ou rose bonbon.

§

C’était un communiqué des Salles de Bain Autonomes, avec félin et sans Liliane ;)

Publicités

2 réflexions sur “Démaquillant naturel

  1. Dis, je viens de noter qu’il faut stériliser le matériel (tu me l’avais peut-être déjà dit en me passant la recette, mais j’ai du zapper :s). Comment qu’on fait pour ce faire ? ^^ »
    PS : mon flacon actuel n’est toujours pas fini, mais dès que, je me lance dans la conception du démaquillant home-made! ;) Cela dit, ça me prendra sans doute du temps, vu que je me maquille peu maintenant. Par contre, les recettes de cuisine, elles, risquent d’être testées bien plus vite ;)

    J'aime

    • Hey :)

      Pour stériliser les ustensiles, c’est tout simple : il faut tout ébouillanter, puis toucher le moins possible et poser sur un tissu propre (ou sur un plateau qui vient également d’être ébouillanté).
      Ce qui suppose des « outils » qui ne fondent pas à 100° ;)
      Tiens-moi au courant pour les tests, qu’ils soient de flacons ou de chaudrons ! :)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s