Huile rouge de Millepertuis

millepertuis

La recette qui faisait une ligne : mettre le millepertuis dans l’huile, 3 semaines au soleil. Et voilà. ;)

Bon, je papote un peu plus que ça tout de même, pour inaugurer le rayon Herboristerie de ces lieux (histoire de voisiner avec l’Eau de Violettes du Matin, au rayon Salle d’eaux) : cette simplissime préparation médicinale est, techniquement, une macération solaire. C’est-à-dire un captage des principes actifs de la plante par l’huile sous l’action du soleil, sans cuisson (ni décoction ni infusion, ni distillation).

Erba di San Giovanni…

(Donc ça c’est son patronyme italien ^_^)

Le millepertuis : Hypericum perforatum ou herbe aux mille trous (pertuis = trou en ancien français). Petite plantoune fine qui pousse sur les talus, murets, bords de route, lieux incultes, et fait des petites fleurs jaune pâle en bouquets. Facilement reconnaissable en scrutant les feuilles de près : elles ont l’air percées de plein de minuscules trous, qui sont en fait de petites poches de résine.

La récolte : on cueille les sommités fleuries au tout début de la floraison, en début d’été, à partir du Solstice – comme tout un tas d’autres plantes d’ailleurs, qui à cause de ça s’appellent toutes Herbe de la Saint-Jean. Éviter les routes passantes (pollution automobile) et les endroits pâturés (déjections animales et risque de parasitoses).
On peut les faire sécher pour infusion. Là on va les utiliser fraîches.

Les indications : en usage externe, pour l’Huile Rouge ci-devant, l’indication royale : coups de soleil et brûlures, plaies, ulcères. En effet c’est un des meilleurs vulnéraires (cicatrisants), comme la lavande ou le calendula, par exemple.
Pour les coups de soleil (= brûlures au premier degré) j’ai essayé, avec ma peau hyper claire multi-cramée : c’est magique !! Rougeur et douleur disparaissent dans la nuit, il faut le vivre pour le croire (et bénir le déva du millepertuis pour le soulagement :) ).

* ATTENTION n°1 : le millepertuis est photosensibilisant. *
Donc éviter absolument de s’exposer au soleil * après * avoir mis de l’huile, et même après consommation en tisane. La faute à la présence d’hypéricine.

Une autre indication classique et bien sympathique est l’utilisation comme un liniment pour les petites fesses irritées des bébés. Un truc de grand-mère qui marche très bien aussi. (Et on ne met évidemment pas lesdites pitites fesses au soleil, hein)

En usage interne, que je ne détaillerai pas ici, le millepertuis est reconnu – même par les officiels, c’est dire – comme ayant une action antidépressive sur les syndromes dépressifs non sévères. Bon pour le moral, il était déjà recommandé par Paracelse contre la mélancolie, et surnommé chasse-diable (fuga daemonium) au Moyen-Âge, où déprimer c’était pécher (joies médiévales…). Le nom d’hypericum, d’ailleurs, proviendrait du grec hyper eikona, qui chasse les fantômes – déjà plus sympa.
Sa forte teneur en mélatonine, le neurotransmetteur de l’horloge biologique, pourrait expliquer son efficacité sur la mélancolie saisonnière, en particulier hivernale. (Et je dirais, ainsi que son action sur les récepteurs sérotoninergiques, mais ce n’est qu’une hypothèse). Il est conseillé pour la dépression, l’insomnie, l’irritabilité, les terreurs nocturnes infantiles.

Je passe sur les autres indications, bronchiques, urinaires, neurologiques (si j’ai le temps, je complèterai avec mes bouquins. Si-j’ai-le-temps)

* ATTENTION n°2 : il est également très connu qu’il est inducteur enzymatique.
Son action inductrice sur le cytochrome P450 et inhibitrice sur la recapture de la sérotonine fait qu’il accélère la métabolisation des autres médicaments (en clair : digérés plus vite et par conséquent moins efficaces). Faire particulièrement attention avec les anticoagulants et la pilule contraceptive ! Effet moins marqué en usage externe, mais il faut toujours le garder à l’esprit et être prévenu, c’est pas de la blague.

L’huile : je prends de l’huile d’olive bio. On peut aussi utiliser de l’huile de tournesol bio. Et il existe de nombreuses préparations à base d’huile de sésame, mais je la trouve trop chère pour cet usage…

Les flacons : peuvent être transparents ou teintés, en verre toujours, mais à conserver à l’abri de l’air, de la chaleur et de la lumière après ouverture. (Il y a même de jolies petites billes de verre qu’on peut ajouter dans les flacons entamés pour diminuer au maximum le contact avec l’air, mais je ne me suis pas fendue d’un tel achat que je trouve un peu gadget...) Consommer dans l’année, plutôt.

La dénomination : c’est une huile végétale (HV), à ne pas confondre avec une huile essentielle (HE) qui, elle, est obtenue par distillation.
Pourquoi Rouge, parce que justement l’huile va virer au rouge suite à l’exposition au soleil : c’est normal et c’est signe que ça travaille tout seul ! Comme on peut le constater sur cette photo prise pile trois semaines après :

millepertuis

§

– sommités fleuries de millepertuis, volume pour 1 l
– 1 l d’huile d’olive bio

Cueillir les sommités fleuries avec les mains propres, éventuellement au ciseau passé à l’alcool.
En remplir un pot en verre style conserve, transparent, jusqu’en haut.
Tasser un peu si nécessaire.
Ajouter l’huile, verser jusqu’au bord.
Fermer (bien) et remuer lentement pour diffuser l’huile au milieu des fleurs.
Placer trois semaines en plein soleil, sur le rebord d’une fenêtre par exemple.
Puis filtrer avec un linge posé sur un entonnoir (ou sur une vieille cafetière bien astiquée).
Mettre en flacons.
Utiliser dans l’année, garder à l’ombre, au sec et fermé.

§

hypericum perforatum

planche botanique de Lindman

 

Verdict : c’est réellement tout facile à faire, et c’est une belle économie comparé à la même dans le commerce, le prix de revient est celui de l’huile d’olive ^.^
…Et surtout, pour les coups de soleil c’est proprement miraculeux :)

Publicités

9 réflexions sur “Huile rouge de Millepertuis

  1. Je crois que rien que pour la beauté de la bouteille, cette bonne recette d’herboriste vaut le coup d’oeil (précisément ^_^)
    Et je retiens, vu ma peau à coups de soleil (j’ai battu mon record en cet automnal été, une demi-heure de pantalon relevé pour offrir les gambettes à la caresse des vagues, et vlan, oedème, chevilles enflées etc – et la chance de trouver une chouette pharmacienne qui a de suite eu le réflexe phyto !)
    Merci aussi pour le petit briefing étymologico-historique, je kiffe toujours ça :)

    J'aime

  2. @Shambalah : merci à toi de ton approbation – et de celle de petite Elfe ! ^_^
    Je te ramène un petit flacon très vite !

    Ah je ne sais pas si j’ai précisé correctement dans mon billet, après le passage sur petites fesses elfiques, il ne faut pas s’exposer au soleil, hein (genre, pas juste les fesses, en fait). Ce qui veut dire que si bain de soleil prévu dans la journée, mieux vaut mettre du liniment classique, tout ça (dont la recette est en fait exactement la même que celle du Démaquillant naturel que j’avais mis au début, ça alors ^.^)

    @Psyché : oui ça fait joli hein ? On n’aurait pas dit, qu’une macération puisse être esthétique, après quand je filtre il ne reste que l’huile mais bon ;) (ça fait joli aussi pour le calendula, que j’aimerais bien faire vu comme il sert à tout çui-là aussi)

    Pour l’étymo, ben du coup je ne l’ai appris qu’en cherchant une image d’herbier pour faire mon billet, pas eu le temps de mettre le nez dans mes grimoires, et, ouaip, ça fait plaisir de s’occuper aussi de ces racines-là, j’aime bien aussi :)

    Je te dirais bien que je t’en envoie un petit flacon, mais euh l’huile par la Poposte, comment dire, je n’ai pas du tout confiance (le facteur aurait les mains bien cicatrisées tu me diras). Mais en tout cas, j’en garde ici, et sinon elle est facile à choper en herboristerie, et ça ne devrait pas être trop ‘expensive’, ici au marché la dame-des-plantes fait le flacon de 50 ml à 8 euros… (bon vu la préparation ci-dessus, elle se gave quand même un peu, mais ça n’a pas l’air si simple (ah ah) de gagner sa vie avec ça)

    Pour le coup de soleil, je n’ai pas précisé non plus mais c’est toujours bon à rappeler, c’est une brûlure donc il faut boire des litres et des litres d’eau pendant 48 heures au moins. Voilou :)

    J'aime

  3. Bon article, rien à redire, juste à partager : j’en fabrique depuis des années. La meilleure option est de préparer les bocaux à la St Jean et de les laisser fermés au soleil pour ne filtrer qu’aux premiers jours de septembre.
    Le filtrage s’effectue à travers un tissu de coton ou de soie propre. Il ne faut pas rincer ce tissu au robinet pendant le filtrage (chlore, etc) : Si vous désirez le faire, préférez l’eau de pluie ou minérale.
    Effectuez cette filtration deux fois, voire trois. C’est un peu long certes, mais ça épure et cela limitera le dépôt verdâtre et inquiétant qui va apparaître tot ou tard dans vos flacons (pas d’inquiétude, ce n’est qu’un reliquat de pollen, mais ça fait moins joli :-)).
    C’est bien d’insister sur le phénomène de photosensibilisation : il est systématique et parfois assez violent selon les métabolismes. Pour ce qui est de la consommation en tisane (actions sur le système nerveux et autres) , beaucoup ont répété des bétises et si les phrases convaincantes de ceux qui en font commerce sont rondement tournées, le passiflore est bien plus performant et absolument sans effet secondaire :-)
    Quant aux gélules… sucer des petits cailloux a le même effet, coûte beaucoup moins cher et n’implique aucune photosensibilisation :-D
    A mentionner : l’Huile Rouge (nommée parfois Huile des Fées), outre son effet cicatrisant absolument remarquable, a un effet apaisant immédiat.
    C’est utile et agréable sur des démangeaisons dues à une dermatose ou à un psoryasis mais il est important de savoir que dans ce cas de figure, il n’ aura pas d’effet curatif.
    A partir d’un certain âge, il arrive que des personnes aient une certaine sensibilité au niveau des paumes : crevasses dues à un assèchement, etc. Se frotter les paumes le soir et se les nettoyer le matin à l’eau claire les débarrasse d’un souci inutile et génant..
    La plupart du temps, l’huile rouge que l’on trouve dans le commerce est coûteuse de façon exagérée, et peu concentrée et l’huile neutre qui a servi n’est pas des meilleures; mieux vaut la faire soi-même selon les conseils prodigués dans cet article.
    Si quelqu’un en avait VRAIMENT besoin (cela arrive : cas difficile d’erythème fessier pour un bébé, d’escarres – c’est redoutable, les escarres), je serai heureux de dépanner. La Poste est fiable : ne pas hésiter à prendre contact : j’ai un avatar velu mais je ne mords personne :-)
    J’espère ce comm utile.
    Cordialement;

    J'aime

    • Bonsoir ndoshta,

      et toutes mes excuses pour avoir laissé passer tous ces jours sans répondre ! ça devient une fâcheuse habitude chez moi de me laisser déborder ainsi par ma correspondance…

      Merci beaucoup pour tous ces précieux renseignements, bien sûr que ton commentaire est utile ! Et merci pour les compliments, je n’ai pas grand mérite :) – ainsi que pour ta proposition de dépannage, que je redouble de la mienne si jamais :) (j’en ai fait trop je pense, ce qui fait que j’en ai plein à donner.)

      Plein de choses que je ne faisais pas d’ailleurs (je n’en ai pour ma part fabriqué encore que deux fois) : laisser macérer tout l’été, filtrer plusieurs fois.

      Oui, concernant les gélules et autres produits très techniqués, je ne suis pas fan non plus de ce genre de phytothérapie, je préfère essayer de rester, comme un herboriste me l’a appris, ‘au plus près’ de la plante originelle. Et au plus loin du commerce des labos, je les vois et les engraisse bien assez comme ça.

      Pour les troubles nerveux et en particulier pour les enfants, j’ai signalé l’indication histoire de compléter ma fiche (et puis c’est une des rares plantes à avoir eu l’AMM pour les syndromes dépressifs non majeurs), mais il est vrai que ce problème d’effets secondaires se pose quand même là. Oui, sinon, pour le sommeil et l’anxiété mineure, je pense aussi à la passiflore, à la valériane, au tilleul, à l’aubépine (bon, effet cardiaque pour celle-ci, mais après tout ça peut être justement intéressant pour les anxieux qui palpitent, avec les fleurs), et puis personnellement je suis très sensible à la verveine citron, qui a sur moi un effet hypnotique plutôt marqué ^_^

      Voilà, merci enfin de ton passage ici ! Les prochains temps j’essaierai d’explorer un peu les vertus de la lavande, toujours pour la cicatrisation (ainsi que les bronches), de distinguer lavande et lavandin, de parler un peu huiles essentielles – puisque c’est une des rares que je puis utiliser en ma situation d’allaitante -, et puis d’autres plantes aussi, bref, bien des projets que je fomente à défaut de trouver le temps de les concrétiser pour le moment :)

      Belle soirée à toi,

      Aimé par 1 personne

  4. La lavande… Ses vertus, non négligeables, sont ténues. Pour les brûlures, les escarres, les abrasions diverses, elle vaut peu. En revanche, je lui ai trouvé un rôle optimisant qui lui rend ses lettres de noblesse, Je l’utilise del la manière suivante et tous ceux qui l’ont testé, même les plus académiques et les plus irréductibles, y ont souscrit :-)
    Les hommes se rasent… ils usent de savon à barbe, de mousse à raser et autres.
    Il est question de remplacer ces savons et mousses par une huile. L’usage ne change pas : on passe le visage à l’eau chaude, on badigeonne, on rase, on rince (avec facilité) et, selon les goûts, on met une crème hydratante ou un après-rasage.
    Un flacon d’huile d’amande douce acquis au rayon puériculture, vidé de son cinquième, qu’on remplace par de l’huile essentielle de lavande officinale. Badigeonnage, rasage classique. Au résultat, une résolution quasi immédiate des micro coupures, un rasage optimal, une peau douce et des bisous qui sentent la lavande. Adopté pour ma part depuis 8 ans, et bien plus performant que l »huile de rasage que Clarins vend une petite fortune.A la recherche actuellement d’un autre produit égal : je voulais offrir ceci au petit ami de ma fille aîné qui a cautionné mais mis un bémol : « Papa, je sus d’accord avec toi mais tu comprends, je ne veux pas sentir ton odeur en l’embrassant « . Elle a raison. Je pense à tester l’aloe vera. Affaire à suivre :-)
    Toujours dispo pour partager et échanger.
    Sinon, pour l’anecdotique (à l »attention du lecteur qui passe par là), j’ai passé avant hier deux doigts (majeur et annulaire) sur toute la longueur de la semelle du fer à repasser pour considérer son besoin de nettoyage (un peu noire, la semelle). J’ignorais que ma compagne l’avait branché. Trop tard donc, et belle brûlure. J’ai mis un peu d’huile de milleperuis. La sensation de feu a disparu en deux heures et je n’y suis pas revenu. J’ai fait une demie- heure de guitare sans sensation désagréable (pourtant j’appuie fort, vu que je joue comme un pied).
    Intéressé de connaître votre implantation géographique (question cueillette). Pour ma part, Val de Loire et Sologne, zone rurale à 35km est d’Orléans.
    Cordialement,

    Aimé par 1 personne

  5. Note pour moi-même : cuvée 2013 cueillie et mise en bouteille ce jour, 6 juillet donc.
    J’en profite pour remarquer que les 3 semaines de base peuvent être allongées (je ne sais plus si je l’ai dit plus haut) : il y a deux ans, je n’avais pas forcément attendu que l’huile soit complètement rougie, donc au final, une huile agréable et fonctionnelle mais peut-être moins spectaculairement efficace. On peut donc laisser tout l’été, au pire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s