Banana Bread chocolaté

banana bread

Très express et très directement inspiré de l’incomparable Valkyrie végétarienne, un banana bread au sirop de riz & pépites de chocolat, avec ou sans gluten, histoire de caler quelques méritant.e.s pratiquant.e.s de tai chi demain !

Il n’ira pas sans rappeler le Gâteau coussin aux Bananes & Noix que je concoctai jadis. Composition et confection assez différentes cela dit, et puis c’est l’occasion de tester ce qui semble être un classique des expérimentations vegan :)

Banana e sciroppo di rizo…

Les bananes : de mûres à semi-foutues, ce dessert est le paradigme de la récupération bananière. Conserver les peaux à enterrer au pied des rosiers (non pour un rituel abscons, quoique, en tout cas c’est plein de potasse et donc ça fait des fleurs. Qu’on se le dise.)

La farine : de blé de base, et si l’on souhaite une version glutenfree, remplacer par 2/3 de farine de riz et 1/3 de fécule de pomme de terre, et hop.

Le sirop de riz : parce que je ne me lasse pas de sa découverte, de sa douceur, de son petit goût de céréale. Si l’on préfère du sucre en poudre, il faudra du coup allonger un peu en liquide (10 à 20 cl de lait de riz, par exemple). Pour le coup je n’en ai pas rajouté, et enlevé un peu de compote (ça m’arrangeait, j’avais des pots de 90 g).

Le bicarbonate : pour que ça lève, et pour la digestion plus coolesque d’un dessert plus léger.

Le sel : aide à lever aussi, et euh est là dans une foultitude de gâteaux, ne m’en demandez pas trop. Je n’avais pas de fleur de sel comme dans la recette originale, par contre, qui doit donner du croquant sympathique, j’ai fait avec du sel de table basique.

Les épices : grand choix. Du simple au multiple, utiliser seuls ou associer : cannelle, girofle, muscade, gingembre (l’ensemble composant le famous 4 épices, comme le rappelle Lili, lien plus bas), vanille, cardamome… inutile de surdoser, il est surtout question là d’affiner un peu les deux stars du moment, à savoir les goûts banane & chocolat.

La compote : de pommes toute simple, elle remplace les œufs et apporte un genre de moelleux vraiment bien. A tester dans un tas de desserts (y compris dans les cookies-tuerie que je dois vous publier depuis des lustres !).
Ai aussi trouvé une version aux graines de chia, mais là, voyez, je n’en ai pas…

Le chocolat : en pépites toutes prêtes, et sinon, concasser fin-fin 50 g de chocolat noir pâtissier.
Version noix : remplacer par des noix.
Versoin noix de coco : voir la recette de Lili, un peu plus compliquée mais tout aussi allécheante.

Le moule : moule à cake ordinaire. Je ne sais pourquoi, le mien m’a soudain paru minuscule et je me suis rabattue sur un moule ovale un peu plus grand. Par conséquent, ben ça n’aura pas la forme rectangulaire, et en mode express toujours, j’ai tranché que ce n’était point grave. (ça aurait mieux cuit cependant. Ainsi je vous fais part de mes atermoiements. Bref)

§

– 4 petites bananes mûres (env. 310 g de chair de banane)
– 270 g de farine de blé fine
(ou glutenfree :
180 g de farine de riz + 90 g de fécule de pomme de terre)

– 1 càc de bicarbonate en poudre
– 1/2 càc de sel
– 1 pincée de muscade
– 1 pincée de cannelle
– 110 g de sirop de riz
– 80 g de margarine végétale
– 90 g de compote de pommes (1 petit pot fait 100 g)
– 50 g de pépites de chocolat noir

Préchauffer le four à 180°.
Dans un grand saladier, aérer la farine à la fourchette.
Ajouter les ingrédients secs : bicarbonate, sel, épices, mélanger.
Dans une petite casserole, faire fondre la margarine à feu hyper doux.
Ajouter le sirop de riz qui va se détendre aussi, puis la compote.
Couper le feu.
Peler et écraser les bananes à la fourchette dans un bol.
Ajouter le contenu de la casserole au saladier, mélanger.
Puis les bananes et les pépites de chocolat, remélanger.
Huiler le moule avec 10 g de margarine, ou poser un papier sulfurisé écologique.
Verser toute la préparation dans le moule, la laisser s’installer.
Enfourner 45 mn environ à 180°. Surveiller.
Si besoin, laisser finir de cuire dans le four éteint encore chaud.

§

Verdict : c’était plutôt un dessert d’hiver mais il a été englouti en pleine chaleur. Très moelleux, très impardonnable, point trop lourd malgré la composition. A hautement levé… et un peu redescendu des cimes le lendemain matin.
En grande amoureuse des épices j’aurais pu forcer un peu plus, ou ajouter du gingembre, mais ainsi ça a convenu à tout le monde. (et puis ça évite que tous mes gâteaux aient le même goût de pain d’épices ^.^).
Il me faudra juste un moule adapté plus grand pour les moult prochaines fois ! Bref, facile, rapide, bon et unanime, à garder dans la besace – ah et encore souple deux jours après aussi, que demande le peuple.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s