Houmous de Betteraves aux Nigelles

Houmous de Betteraves aux Nigelles - Cuivre & Cumin

Fraîcheur suave & colorimétrie à tomber avec ce très très facile houmous de betteraves parfumé à la coriandre et persillé de nigelles. Enchantée d’avoir découvert une façon express, accessible et toute bonne d’utiliser ce légume que j’adore (et puis cette couleur franchement). Inspirée intégralement de la recette de Chantez la Pomme – précision : le cumin noir est une des appellations de la nigelle – qui a eu l’originalité de l’utiliser en lieu et place du cumin classique, que l’on croise beaucoup plus systématiquement dans cette recette.

Remarque : pour un houmous de betteraves pur et dur, c’est-à-dire sans pois chiches, on peut consulter la recette de Sainbiosis. Et pour du houmous-tout-court, le vrai le seul l’unique, est toujours opérationnel l’inaugural Houmos du Liban, qui fit l’ouverture de Cuivre & Cumin dans l’antiquité ouebesque, et qui symbolise bien quelques ingrédients de base qui donnent une couleur méditerranéenne à un certain nombre de mes plats : ail, tahin, huile d’olive, jus de citron, épices ^.^

Barbabietola

Les betteraves : en version j’en-ai-dans-mon-panier, c’est moins express mais tout aussi bon. Un petit peu de travail supplémentaire, rien d’affolant, c’est surtout le temps de cuisson qui est à ajouter. En version express, qui j’avoue me dépanne régulièrement, existe la solution des betteraves bio précuites sous vide. Il suffit alors de les griller brièvement au four pour leur expliquer un peu, et le tour est joué.

Les pois chiches : même remarque, en version puriste, il est tout à fait possible d’opter pour 50 g de pois chiches crus, à laisser tremper une nuit puis cuire jusqu’à consistance fondante (min. 1h30 ici), en changeant l’eau. Il est clair que c’est bien plus long et fastidieux, mais pas impossible. Personnellement, après d’héroïques années passées à cuisiner mes pois chiches selon le processus ci-devant, j’ai été rattrapée par le grand dieu Temps (et quelques fonds de casseroles flingués, aussi) et je n’utilise plus que des pois chiches cuits en bocaux. Aucun souci de perte de qualité, du moment que l’on s’astreint dans les deux cas à bien enlever la petite peau transparente, et s’éviter ainsi quelque inconfort digestif – disons-le comme ça.

Le tahin : ou purée de sésame ; ah tiens, même remarque en triplé, il est possible de réaliser ses purées d’oléagineux, ce n’est pas plus compliqué que pour les laits végétaux, mais cela nécessitera un peu de temps et surtout un mixeur spécifique. Sinon, j’alterne de longue date entre le tahin complet et le clair, j’y trouve pour ma part peu de différence, le premier plus corsé peut-être, et le second plus doux, m’enfin, c’est peut-être psychologique, comme disait l’autre. ;)
Indispensable pour donner goût et onctuosité en tout cas, ici comme dans des sauces ou des poêlées de légumes par exemple.
Je n’ai pas osé essayer avec de la purée d’amandes, avec laquelle j’ai un rapport ambivalent, pour tout dire.

L’huile d’olive : me suis fugacement demandé si cela ne vaudrait pas le coup de la remplacer par de l’huile de sésame vierge (qui ferait un rappel du tahin, voire des graines de sésame si on les utilise en lieu et place des nigelles), mais je trouve dommage de la ‘cuire’, vraiment. Donc sans suite pour l’heure.

La coriandre : d’évidence, elle est préférable en feuilles fraîches, mais cela fonctionne tout à fait avec des feuilles séchées, voire avec de la coriandre en poudre. Quant aux graines, bon, si vous n’avez aucune autre ‘galénique’ sous la main, allez-y, elles seront mixées, mais moins finement que pour la coriandre déjà moulue…

Les nigelles : jolies, petites, d’un noir velouté très classe, de grande utilité pour la digestion et aux multiples vertus médicinales : voilà ce qu’en dit le blog sus-cité (je vous ferais bien une fiche phyto spécifique mais mes sursauts insomniaques sont à durée limitée :3) : « Antioxydante, antihistaminique, antiinflammatoire, antivirale, antibactérienne, antiparasitaire, antitumorale et immunomodulatrice, on fait mention de la graine et de l’huile de cumin noir dans les écrits d’Hippocrate, de la Bible et du Coran! » Pas mieux, et félicitations pour cette petite graine surpuissante.
Décidément, j’adore ce billet où j’ai appris plein de choses, notamment la possibilité d’opérer une variation de la composition avec des carottes ou des courges, ainsi que l’existence d’un mélange d’épices nommé dukkah, sujet que je prévois de creuser en même temps que le za’atar (qui lui a du sumac), voilà voilà, coup de cœur :)
A défaut de graines de nigelles, simples à dégotter en magasin bio, mais sait-on jamais, possibilité de se rabattre sur les graines de cumin ou de sésame noir.

§

– 500 g de betteraves
– 150 g de pois chiches cuits égouttés
– 1 gousse d’ail
– 2 càs d’huile d’olive
– 1 càs bombée de tahin
– 1/2 càc de coriandre en feuilles
– 1 càc rase de graines de nigelles
– 1 càs de jus de citron
– 1 pincée de sel

Si betteraves crues : les rincer, peler, trancher et faire dorer 50 mn au four 190°, bien enrobées d’huile d’olive.
Si betteraves précuites : trancher et faire rôtir 10 mn à 190°.
En profiter pour faire rôtir la gousse d’ail en chemise (= dans sa peau).
Sortir, récupérer l’huile d’olive, peler l’ail, laisser tempérer une demi heure.
Pendant ce temps, rincer les pois chiches et ôter leur seconde peau méticuleusement.
Puis mixer tous les ingrédients.
Réserver un peu de coriandre et de graines de nigelle pour la déco, pardon le topping.
Consommer frais, en tartine, avec des légumes en mouillette ou à la cuiller.

§

Verdict : testé trois fois sur trois ‘publics’ différents, carton plein à chaque fois, confirmé avec ce signe qui ne trompe jamais : l’on me demande la recette.
Mon humble palais quant à lui est peu objectif (déjà parce que c’est ma bouffe, forcément) du fait que j’apprécie beaucoup les betteraves, même comme ça sans rien – ici s’invite un préhistorique souvenir de cantine en mode extra-terrestre pas écœurée par les éternelles betteraves cubifiées en entrée -, et qu’en outre, en mode houmous, j’y trouve une complémentarité parfaite, fondante et tout. Recette promise à de nombreux recyclages ;)

Publicités

Une réflexion sur “Houmous de Betteraves aux Nigelles

  1. Pingback: Rillettes de Haricots roses & Poivre rose | Cuivre & Cumin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s