Purée de Panais au Romarin

romarin bouture

Rosmarinus officinalis (romarin), présentement en bouture avec des hortensia

C’est un plat tout simple avec une racine toute bonne, ci-devant la purée de panais parfumée au romarin. Le parfum prononcé de l’herbe du Sud s’accouple bien avec le goût acidulé, très spécifique, du panais, cette espèce de grande carotte blanchâtre dont j’associerai toujours la découverte à mon arrivée en Ariège :)

Pastinache e rosmarino…

Les panais : blancs ou clairs, plus mastards que les carottes ordinaires mais aussi un peu plus fibreux, ils valent le détour. Le parfum est si marqué qu’ils peuvent aussi relever une soupe ou un pot-au-feu, un peu à la manière du céleri-branche. Ils devraient bien donner en version crue, en julienne de légumes mélangés, d’ailleurs, ou why not en Rouleaux de Printemps de Chine (ça fait un bail que j’ai envie de refaire cette recette !).
Même si je les prends bio, je les épluche à cause de la surface assez irrégulière et pleine de petits machins que bon non merci sans façon.

Les pommes de terre : apportent corps et onctuosité, ce qui est tout ce qu’on leur demande. La version express consiste à utiliser de la purée en flocons, la mélanger au lait végétal bouillant et d’y rajouter les dés de panais cuits à la vapeur. Moins extra que la vraie bonne patate authentique à l’ancienne, mais pratique quand on est à l’arrache, soit 6 jours sur 7 d’une vie de famille débordante :3

Le lait végétal : je suis abonnée à l’avoine donc on aura compris que j’en cale tout le temps partout. Lait de soja ou de riz ou autre feront aussi l’affaire. Je ne dis rien pour les plus particuliers, comme le lait d’amande qui a vraiment un goût de pâte à modeler ! A vous de voir. Si on n’a plus de lait, on peut magouiller discrétos en délayant une crème végétale dans de l’eau (idem, crème d’avoine, de riz, de soja, de millet, d’épeautre… du plus basique au plus folklo).

L’huile d’olive : son goût part à la cuisson, qu’elle supporte, allons-y donc. Si l’on souhaite un résultat vraiment crémeux, on pioche dans la margarine (sans huile de palme) et/ou une lichette de crème végétale justement.

Le romarin : bien sûr et comme d’hab, on a le choix des herbes, épices & condiments, c’est un peu le principe. Le romarin est plutôt fort, tout le monde ne l’aime pas. Si on se sert de romarin en branches, le ciseler très finement ou le broyer un max pour éviter les petits morceaux paumés dans le plat, qui font râler ceux qui n’ont pas cuisiné ce plat par exemple !

Purée de panais au romain @Cuivre&Cumin (personne ne me piquera jamais cette photo tfaçon :D)

(Moi qui n’aime pas les concours, voici pourtant une bonne candidate pour la photo la plus moisie of the year :P)

§

– 3 panais
– 3 pommes de terre
– 500 ml de lait d’avoine
– 500 ml d’eau
– 1 petite branche de romarin
(ou 1 càc de romarin en poudre)
– 1 càs d’huile d’olive
– 1 càs de margarine
– 1 pincée de gros sel

Mettre à bouillir l’eau et le lait d’avoine.
Ajouter le gros sel et l’huile d’olive dès tiédissement.
Rincer, brosser, peler et débiter les panais et les pommes de terre en petits dés.
Les verser dans le liquide en ébullition, avec le romarin ciselé fin fin.
Baisser le feu, cuire une vingtaine de minutes.
Ajouter un peu d’eau à mi-chemin si nécessaire (les dés doivent rester recouverts).
En fin de cuisson, ajouter la margarine.
Presser au presse-purée, servir chaud.

§

Verdict : une petite tambouille pour tous les jours, simple et efficace. Ma manière préférée d’ingurgiter les panais et de les faire découvrir (en général ça marche du tonnerre).
… Bon appétit et belle année paisible :)

Panais joliment dessiné

Publicités

4 réflexions sur “Purée de Panais au Romarin

  1. Oui je me souviens, c’était dans la maison bizarre ^.^ (c’est de cette fois-là dont kg me rappelle à chaque fois en fait). Me souviens pas de la badiane par contre !
    Je réponds à ton mail vite ! Les tel c pas ça en ce moment,.. (On va à LB samedi sinon)
    Bises badiane !

    J'aime

  2. Je note, car le panais, j’aimerai en manger plus souvent, mais la dernière fois, que j’en ai fais une soupe, la digestion fut difficile (c’était pareil pour le radis noir mais j’ai trouvé le truc – suffisait d’ajouter un navet aux pommes de terre & radis noir & à l’oignon déjà présents). Peut-être qu’en purée ça passera mieux, je tenterai dès que j’aurai à nouveau des panais à la maison !
    (et ta photo n’est pas moisie, j’aime bien le côté « vieille photo », ça rappelle les clichés 70s, les tons sont très chauds, et en matière de cuisine, je dois dire que le côté chaleureux et nostalgique me parle bien mieux que les belles photos glacées ! :)
    Bref, merci pour cette nouvelle recette ! (mon cahier va bientôt être plein ^^ »)

    J'aime

    • Ton cahier va m’en vouloir ;)
      Pour faciliter la digestion tu peux utiliser les mêmes trucs que pour cuire les légumineuses : placer dans l’eau de cuisson sauge ou sarriette ou 1 càc de bicarbonate, ou même une algue kombu qui accélère la cuisson des légumes et donne un très bon petit goût de bouillon japonais ^.^ (le bouillon dashi est à base d’algue kombu et de bonite séchée, donc juste le kombu en version végétale)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s